CMPB
CMPB

Index plan du site


Réponse de José Dehove
->votreavis.php Plan du site

Cher Monsieur,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt cet article qui est parfaitement réaliste quant à la description de la situation actuelle.
Cet article concerne essentiellement la paléontologie amateur. Il pourrait être réécrit mot pour mot pour la situation de la minéralogie en Belgique wallonne.
L'opposition professionnels-amateurs est réelle. Malheureusement lorsqu'une collaboration s'installe, elle est en fait généralement une exploitation de l'amateur par certains (heureusement pas tous) minéralogistes professionnels qui ne voient dans cette collaboration qu'un strict intérêt professionnel généralement personnel.
Les amateurs sont en quelque sorte les manoeuvres qui sont allés sur le terrain et ont apporté leurs trouvailles. Lorsqu'un site nouveau ou un échantillon s'avère digne d'intérêt, ces professionnels -profitant du monopole des appareils onhéreux d'analyse indispensables, diffracteur RX, sonde ou microscope électronique, etc...- avancent que l'essentiel du travail intellectuel est leur oeuvre exclusive.
Et même lorsque l'amateur sérieux et très spécialisé (jouissant par son cursus universitaire de toute la formation théorique nécessaire), pourrait participer aux aspects plus théoriques de l'analyse après réception des résultats bruts des analyses (analyses que nos professionnels ont généralement confiées à un laboratoire possédant le matériel nécessaire), cet amateur est néanmoins considéré 'in fine' comme un gêneur lorsque la découverte est digne de publication, par exemple lors de la découverte d'un nouveau minéral, voire écarté au motif d'une querelle volontairement provoquée...
Et cela parce que le fondement d'une carrière scientifique est basé sur les publications de niveau notamment international. Il est donc nécessaire que notre chercheur professionnel, devenu indélicat, conserve la primauté comme auteur de la publication sur la découverte faite.
Le dernier exemple belge est celui de la Graulichite-(Ce)...(l'amateur spécialisé avait distingué l'échantillon exceptionnel de nature inconnue et avait même été bien plus loin dans une détermination structurale, mais il fut oublié).
La protection des sites devrait prendre cadre dans une collaboration honnête entre professionnels et amateurs, l'accès laissé notamment aux amateurs qui acceptent cette collaboration et ne placent pas l'aspect mercantile avant l'intérêt scientifique.
Un certain nombre de comportements devraient être définis dont celui de faire un inventaire régulier des minéraux ramassés, inventaire remis à une institution scientifique et accompagné éventuellement d'échantillons.
A contrario, notre amateur devrait être associé à toute publication, restant au demeurant notamment propriétaire de tous les droits intellectuels liés aux échantillons par lui remis, droits dont il est logique qu'ils soient partagés avec le chercheur professionnel auquels les échantillons ont été remis.
Il y a au demeurant une science où cette pratique est courante: toute comète porte d'office le nom de son ou ses premiers découvreurs... Or ici, qui plus est, la découverte visuelle est un objet virtuellement immatériel au sens du droit civil.

DEHOVE José


top

Les Jauniaux sur le net

 

© CMPB