CMPB
CMPB

Index plan du site


Les Cnidaires fossiles (et principalement les Coraux)
->geologie_de_la_belgique.php Plan du site

cliquez sur les photos pour les agrandir.
© Texte et Photos : MJX, sauf indication contraire.

Par Phil Cooreman
© Photos : PCN

Les coraux sont rattachés à l’Embranchement des CNIDAIRES (CNIDARIA), au Sous-embranchement des ANTHOZOAIRES (ANTHOZOA).
L’embranchement des Cnidaires est d’une grande diversité et principalement composé d’animaux marins dotés de cellules urticantes. (également appelées CNIDOBLASTES)
Chaque cellule est constituée d’une capsule renfermant un venin et d’un filament enroulé. Lors d’un contact entre le cnidoblaste et la proie, le filament est déroulé et le poison est injecté.
La structure corporelle est simple : la paroi est formée d’un feuillet externe appelé ECTODERME ainsi que d’un feuillet interne connu sous le nom d’ENDODERME. Ce dernier délimite la cavité centrale ou CAVITE DIGESTIVE (ou GASTRIQUE), tubulaire, qui matérialise l’axe central du corps. Il n’y a aucun système vasculaire, ni même d’organes différenciés.
Un des pôles de la cavité digestive, appelé POLE VEGETAL, montre la CAVITE BUCCALE. Cette dernière s’ouvre vers le haut chez les polypiers, vers le bas chez les méduses. Le deuxième pôle est dénommé POLE ANIMAL et est fixé au substrat chez les polypiers, tandis qu’il est élargi en forme de parapluie chez les méduses.
Polypes et méduses, bien que fort différents d’apparence, sont étroitements apparentés. Leur structure est fondamentalement identique. Les méduses, à reproduction sexuée, pondent des oeufs. L’oeuf donne naissance à une larve, cette dernière s’attache au sol et devient un polype. Il peut à son tour se reproduire par bourgeonnement et former des colonies. L’un ou l’autre bourgeon peut à son tour se détacher et devenir une méduse.
Ce schéma de base est très variable en fonction des conditions du milieu, les stades méduse ou polype peuvent varier en durée voire même ne pas exister, les méduses elles-même peuvent former des colonies et se reproduire par bourgeonnement.

Le Sous-embranchement des HYDROZOAIRES (HYDROZOA)

Il regroupe les plus primitifs des Cnidaires, dont la cavité gastrique est simple (non ramifiée). Il y a presque toujours alternance des générations.
Les MEDUSES sont très rares à l’état fossile et de petite taille. On en a découvert dans l’Ediacarien (fin du Précambrien) à Ediacara en Australie, et dans le Cambrien de Suède. (Lugnas, Hallekis)
Les POLYPES, également de taille réduite, constituent des colonies au squelette calcaire qui peut être incrustant, érigé ou ramifié. Ce squelette est composé de couches horizontales superposées, d’épaisseur irrégulière, traversées de tubes verticaux eux aussi irréguliers.

Ordre des STROMATOPORIDES (STROMATOPORIDAE)

Ils sont classiquement rattachés aux Hydrozoaires, et forment des colonies massives, incrustantes, qui peuvent dépasser un mètre de diamètre et de hauteur. Elles sont composées de fines strates calcaires horizontales, les LAMINAE, qui sont en alternance claires ou sombres.
Ces couches sont reliées entre elles par des piliers verticaux. Certains stromatoporides sont ornés de réseaux étoilés, les ASTRORHIZES, c’est-à-dire de fins canaux verticaux formant à la surface des lamelles des dessins rayonnants. Leur surface externe présente souvent des monticules verruqueux parfois ornés d’astrorhizes. On les connait depuis le Cambrien, ils sont assez rares à l’Ordovicien, mais représentent une part non négligeable des récifs siluriens et dévoniens. Ils régressent ensuite jusqu’au début du Mésozoïque où ils disparaissent.

Classe des SCYPHOZOAIRES (SCYPHOZOA)

Elle est caractérisée par une structure quaternaire, l’endoderme produisant quatre plis longitudinaux divisant la cavité gastrovasculaire en quatre loges.

Sous-classe des SCYPHOMEDUSES

Chez elles, les polypes se réduisent à la phase larvaire. Le scyphopolype se divise et donne naissance aux scyphoméduses. Elles atteignent une taille importante, et on en retrouve des empreintes dans l’Ediacarien, le Cambrien, et surtout dans les calcaires lithographiques du Tithonien des environs de Solnhöfen.

Sous-classe des CONULAIRES (CONULARIA)

Ce groupe est éteint depuis le début du Mésozoïque, les derniers représentants atteignent le Trias. Leur coquille est conique, pointue, étroite ou en forme de pyramide, et toujours de section carrée ou quadrangulaire.

Pour chaque étage géologique, les coraux les plus marquants sont :

  • Cambrien : des organismes considérés comme des coraux archaïques, les Archeocyathes, se trouvent dans les pays Baltes.
  • Ordovicien : c’est le règne des conulaires, organismes énigmatiques mais néanmoins rattachés aux coraux. Citons Archaeoconularia fecunda et Anaconularia anomala.
  • Silurien : On retrouve généralement Ketophyllum subturbinata qui est un rugueux solitaire, Goniophyllum pyramidale (grossièrement quadrangulaire et possédant parfois encore son opercule), Halysites catenularia (en forme de chainettes reliées entre elles), Heliolites decipiens, Favosites sp., Cystiphyllum tenue, Syringopora bifurcata et Conularia sp.
  • Dévonien-Coblencien : Le corail le plus connu de cette période est le Pleurodictyum problematicum, souvent trouvé en association (symbiose ou parasitisme) avec le ver Hicetes.
  • Dévonien-Eifelien : Le fossile de zone de l’Eifelien-Couvinien est le corail solitaire en forme de babouche : Calceola sandalina qui peut avoir gardé son couvercle en connexion. On trouve également Dohmophyllum helianthoides, Acanthophyllum vermiculare, Syringopora sp. (en tubes parallèles), Disphyllum caespitosum, Macgea bouchardi, Hexagonaria hexagona (en nid d’abeilles).
  • Dévonien-Givétien : On trouve assez souvent les coloniaux Favosites goldfussi, Hexagonaria hexagona, Thamnopora cervicornis (en forme de corne de cerf).
  • Dévonien-Frasnien : Les plus courants sont Hexagonaria hexagona, Zaphrentis sp. (en forme de corne), Thamnopora sp., Disphyllum sp. Rarement on rencontre Paraconularia sp.
  • Dévonien-Famennien : Le corail le plus connu est le colonial Philipsastrea sp., ses colonies sont petites et les individus qui les composent également.
  • Carbonifère-Dinantien : Dinant
  • Carbonifère-Viséen : On peut citer le colonial Syringopora sp. (en forme de baguettes) et le solitaire Zaphrentis sp.
  • Carbonifère-Tournaisien : Le plus commun est le solitaire Caninia cornucopiae en forme de petite corne, mais on trouve régulièrement des colonies de Michelinia favosa qui ressemblent très fort à un nid de guêpes.
  • Permien : chez nous on rencontre une partie des espèces remaniées du Dévonien et du Carbonifère dans le fameux Poudingue de Malmédy.
  • Hettangien : des coraux solitaires indéterminés.
  • Toarcien : Thecocyathus mactrus
  • Bajocien : Citons Isastrea sp. (qui ressemble superficiellement aux Hexagonaria dévoniens) mais de nombreuses espèces se rencontrent dans les récifs du Luxembourg.
  • Bathonien : Surtout des coraux solitaires (Anabacia bouchardi “bouton de culotte”, Chomatoseris orbulites, Genabacia sp., Montlivaltia sp.) mais également des coloniaux (Isastrea sp.). En Suisse le solitaire Discocyathus sp.
  • Callovien : un corail solitaire indéterminé.
  • Oxfordien : les coloniaux Isastrea limitata, Thamnasteria sp. et le bourgeonnant Thecosmilia trichotoma.
  • Kimméridgien : le solitaire Montlivaltia lesueri.
  • Tithonien : les solitaires Montlivaltia obconica, Thecosmilia trichotoma et les coloniaux Isastrea explanata, Enallhelia striata, Thamnastrea sp., Microphyllia astroides
  • Albien : Uniquement les solitaires Trochocyathus conulus en forme de corne (Albien inférieur) et Trochocyathus harveyanus en forme de bouton de culotte. (Albien moyen et supérieur)
  • Crétacé :  Le solitaire Dimorphastrea sp.
  • Cénomanien : Uniquement des solitaires : Trochocyathus sp. en forme de bouton, Parasmilia sp. en forme de petite branche, Aspidiscus cristatus discoïdal (au sud de la Méditerrannée).
  • Sénonien : Le solitaire Rennensismilia complanata.
  • Santonien : Les grands coraux solitaires Cyclolites ellipticus (discoïdal) et Placosmilia vidali (corne à section elliptique) dans le sud de l’Europe.
  • Campanien : Parasmilia fittoni en forme de corne.
  • Maastrichtien : Coelosmilia faujasi, également en forme de corne.
  • Eocène-Lutétien : Eupsammia trochiformis conique et aplati, Turbinolia sulcata (cône de très petite taille).
  • Eocène-Lédien : Turbinolia sulcata
  • Eocène-Illerdien : Pattalophyllia sinuosa.
  • Néogène : Lithophyllia sp., Favites sp., Heliastrea sp., Favia gotschovi (Tous des coloniaux).
  • Miocène : Caryophyllia granulata en forme de petite corne, Stephanophyllia nysti (ressemble à un gros bouton), Flabellum tuberculatum (en forme de pain pitta), Cladangia crassoramosa (colonies rameuses).
  • Pliocène : Stephanophyllia? sp., Flabellum sp., Sphenotrochus intermedius (très petit et donc facilement perdu entre les mailles des tamis).

Principaux sites à coraux fossiles, triés par étage géologique :

  • Cambrien : Pays Baltes
  • Ordovicien : Prague-Liben (CZ), Ded près de Beroun (CZ)
  • Silurien : Ile de Gotland (S), Dudley (GB), USA, Karlstejn (CZ), Alaska (USA)
  • Dévonien : Petoskey (USA), Aywaille
  • Dévonien-Praguien : Koneprusy (CZ)
  • Dévonien-Coblencien : Koblenz (D), Bad-Ems (D), Daun (D), Treignes, Roy, Olloy-sur-Viroin
  • Dévonien moyen : Ohio (USA)
  • Dévonien-Eifelien : Prüm (D), Gerolstein (D), Vireux-Molhain (F), Wellin, Resteigne, Treignes, Olloy-sur-Viroin, Couvin, Nismes, sud du Maroc, Celechovice (CZ)
  • Dévonien-Givétien : Givet (F), Rancennes (F), Wellin, Resteigne, Dailly, Marennes
  • Dévonien-Frasnien : Marquise (F), Ferques (F), Boulogne-sur-Mer (F : remanié), Ambleteuse (F : remanié), Frasnes, Boussu-en-Fagnes, Barvaux-sur-Ourthe, Mariembourg, Senzeilles, Cerfontaine, Tilff, Merlemont
  • Dévonien-Famennien : Barvaux-sur-Ourthe, Tohogne, Aye, Sinsin
  • Carbonifère-Dinantien : Dinant, Hastières, Freyr
  • Carbonifère-Viséen : Huy, Visé
  • Carbonifère-Tournaisien : Hydrequent (F), Rinxent (F), Soignies, Tournai, Ecaussines, Mont de Sainte-Croix (PL), bassin de Tindouf (Afrique du Nord)
  • Permien : Malmédy (remanié du Dévono-Carbonifère), Glass Mountains (Texas, USA)
  • Hettangien : Attert, Buzenol, Brouch (L), Altwies (L)
  • Toarcien : Wöhrsberg (D)
  • Bajocien : Rumelange (L), Ringsheim (F), Port-en-Bessin (F), sud de Caen (F)
  • Bathonien : Villers-le-Tilleul (F), Lépron-les-Vallées (F), Le Wast (F), Toul (F), Luc-sur-Mer (F), Thin-le-Moutier (F), Poix-Terron (F), Anwil (CH)
  • Callovien : Montreuil-Bellay (F)
  • Oxfordien : Bénerville (F), Villers-sur-Mer (F), Auberville (F), Faissault (F), Novion-Porcien (F), Neuvizy (F), Le Wast (F), Toul (F), Liesberg (CH), Dompcevrin (F)
  • Kimméridgien : Le Havre (F), La Rochelle (F), Rochenette (CH), Kielce (PL)
  • Tithonien : Nattheim (D), Gerstetten (D), Boulogne-sur-Mer (F)
  • Crétacé : Trojan (BG)
  • Albien : Courcelles (Aube, F), Le Gaty (Aube, F), Wissant (F), Strépy-Thieu
  • Cénomanien : Escalles (F), Strouanne (F), Dannes (F), région de Taouz (MA), Constantine (Algérie)
  • Santonien : Martigues (F), Lerida (SP), Russbach (A)
  • Campanien : Cuesmes, Harmignies
  • Maastrichtien : Lixhe, Ciply, ENCI Maastricht (NL)
  • Eocène : Skacany (SK), Sussex (GB)
  • Eocène-Lutétien : Damery (F), Gisors (F)
  • Eocène-Lédien : Balegem, Oosterzele
  • Eocène-Illerdien(Bartonien) : Corbières (F)
  • Néogène : Pleven (BG)
  • Miocène : Heist-op-den-Berg, Berchem, Borgerhout, Savigné-sur-Lathan (F), Channay-sur-Lathan (F), Saint-Laurent-de-Lin (F), Pauvrelay (F), Saint-Martin-d’Oney (F), Golden Bay (Malte), région de Victoria (Australie)
  • Pliocène : Kallo, Doel, Verrebroek, Stabroek, Sarasota (Floride, USA), La Belle (Floride, USA)

Base de données : Fossiles
haut de la page

cliquez sur les photos pour les agrandir.
© Photos : MJX, sauf indication contraire.


Acanthophyllum

Dévonien
(photo & coll PCN)

Acanthophyllum vermiculare

Eifelien
(photo & coll PCN) long corail solitaire en forme de corne - Longueur : env 20cm

Acanthophyllum vermiculare

Eifelien
(photo & coll PCN) long corail solitaire en forme de corne - Longueur : env 20cm

Acanthophyllum vermiculare

Eifelien
(photo & coll PCN) long corail solitaire en forme de corne - Longueur : env 20cm

Alveolite

Eifelien
(photo & coll PCN)

Calceola sandalina

Eifelien
(photo & coll PCN) Ce bloc montre un petit groupe de ces coraux solitaires typiques de l’Eifelien

Coelosmilia faujasi

Maastrichtien
(photo & coll PCN)

Corail

Jurassique sup.
(photo & coll PCN)

Corail

Jurassique sup.
(photo & coll PCN)

Corail

Jurassique sup.
(photo & coll PCN)

Eupsammia trochiformis

Lutécien
(photo & coll PCN) Ce bloc renferme de nombreux exemplaires de ce corail solitaire - largeur du bloc : 14cm

Eupsammia trochiformis

Lutécien
(photo & coll PCN) Ce bloc renferme de nombreux exemplaires de ce corail solitaire - largeur du bloc : 14cm

Favites sp.

Myocène
(photo & coll PCN) Ces coraux coloniaux étaient abondants au fond des mers chaudes - diamètre de la plus grande colonie : 8cm

Hexagonaria hexagona


(photo & coll PCN)

Hexagonaria hexagona

Frasnien
(photo & coll PCN) Jolis exemplaires de coraux coloniaux. A cette époque de vastes récifs coralliens peuplaient les mers tropicales qui recouvraient la région - taille de la plus grande colonie : 8cm

Hexagonaria hexagona

Frasnien
(photo & coll PCN) Jolis exemplaires de coraux coloniaux. A cette époque de vastes récifs coralliens peuplaient les mers tropicales qui recouvraient la région - taille de la plus grande colonie : 8cm

Hexagonaria hexagona

Frasnien
(photo & coll PCN) Jolis exemplaires de coraux coloniaux. A cette époque de vastes récifs coralliens peuplaient les mers tropicales qui recouvraient la région - taille de la plus grande colonie : 8cm

Isastrea limitata

Oxfordien
(photo & coll PCN)

Septastrea forbesi

Pliocène
(photo & coll PCN) Un magnifique corail colonial. On peut remarquer quelques balanes qui s’y sont collées - largeur de l'amas corallien : 20cm

Syringopora sp.

Eifelien
(photo & coll PCN) Superbe exemplaire de corail colonial - taille de l'amas corallien : 13cm

Syringopora sp.

Eifelien
(photo & coll PCN) Superbe exemplaire de corail colonial - taille de l'amas corallien : 13cm

Thecosmilia trichotoma

Jurassique sup.
(photo & coll PCN) Corail à trois polypes associés, il est typique du Jurassique supérieur - largeur du groupe : ~ 8cm

Voir aussi (Liens internes)
haut de la page

Id
Liens
Remarques

Liens divers
haut de la page

Merci de nous communiquer erreur et/ou nouveau lien.

Id
Liens
Remarques

top

Les Jauniaux sur le net

 

© CMPB