CMPB
CMPB

Index plan du site


Le Blues des Bourses aux minéraux et aux fossiles
->nostalgie.php Plan du site

cliquez sur les photos pour les agrandir.
© Texte et Photos : MJX, sauf indication contraire.

 Phil Cooreman

Cela fait quelques dizaines d'années maintenant que j'ai l'occasion de fréquenter les bourses géologiques et je me sens autorisé ici à être l’écho de l’avis provenant de nombreuses personnes, aussi bien exposants que visiteurs.

Bien sûr cet article et les opinions qui y sont incluses n’engagent que leur auteur.

Nous avons en effet tous pu constater la dégradation progressive des bourses et surtout de leur contenu, dégradation que nous espérons réversible, et c’est bien le but de ces quelques pages. C’est un « billet d’humeur » mais aussi un appel au secours pour que ces manifestations dont l’utilité est indéniable ne disparaissent pas, victimes de leur propre ambition qui les pousse à accepter de plus en plus d’exposants et de plus en plus de « brol » au détriment de la qualité.

Ce qui aura été le « déclencheur » de cette prose est bien notre visite à la désastreuse bourse automnale de Tisnov 2005, en Moravie tchèque. Malgré l’ouverture d’une nouvelle aile et l’augmentation non négligeable du nombre d’exposants, il semble bien que cette manifestation est destinée à être incluse dans la liste des évènements à ne plus visiter, en effet cela n’en vaut vraiment plus la peine !

Va suivre une liste assez exhaustive des dégradations constatées dans les bourses, ainsi que des propositions de solutions pour certaines d’entre-elles. En espérant qu’il ne soit pas trop tard pour renverser la vapeur…

  • Disparition progressive des vrais exposants amateurs : en effet de plus en plus les bourses sont envahies de commerçants patentés qui amènent du matériel « standard » du genre ammonites malgaches, dents de requins et trilobites marocains, améthystes du Brésil dont la majorité des cristaux sont abîmés… Un contrôle rapide des tables avec injonction de retirer du stand tout matériel litigieux ne pourrait que donner un gage de sérieux à la manifestation et ramener dans les bourses des visiteurs qui ne se dérangent même plus ! Les prix des tables en augmentation ne sont plus supportables par les vrais amateurs, seuls les commerçants patentés peuvent se les offrir ! Pourquoi ne pas faire payer comme par exemple dans les journaux « toutes boites », un prix plus élevé aux exposants commerçants patentés et un prix symbolique aux amateurs, voire même la gratuité pour ceux qui refusent de vendre et pratiquent exclusivement des échanges ?
  • Arrivée en masse de choses n’ayant plus qu’un très lointain rapport avec la minéralogie et la paléontologie, tout cela à cause d’un manque presque total de contrôle des organisateurs qui transforment le plus souvent une bourse dite géologique en véritable brocante acceptant un « bric-à-brac » dont une partie plus ou moins importante n’a rien à faire dans ce genre de manifestation : statuettes, ivoire végétal, crânes humains, porte-clefs incluant des insectes dans de la résine, boites de décoration en carton ondulé, coraux et coquillages actuels, « schmück » d’un goût douteux, genre phallus en pierres fines, j’en passe et des meilleures !
  • Les pièces intéressantes sont de moins en moins proposées dans nos bourses européennes, en effet elles partent de plus en plus souvent directement à Munich ou à Tucson, où le pouvoir d’achat des visiteurs est très supérieur au nôtre… Il est venu à mes oreilles, d’un ami minéralogiste proche, que sur deux années de nombreuses bourses assidûment visitées, il n’a pu acheter que quatre pièces sortant véritablement de l’ordinaire…
  • Le règne du « n’importe quoi » chez les exposants : traficotages de minéraux, bricolages de fossiles genre compositions artistiques, recollages de morceaux de pièces différentes, assemblages, falsifications … (Voir plus bas) Tout cela devrait être clairement vendu comme « artisanat » ou mieux, purement et simplement refusé dans des bourses géologiques dignes de ce nom.
  • Les prix atteignant des niveaux délirants pour des choses finalement assez communes : il suffit que des rumeurs de fermeture ou d’interdiction d’un gîte soient propagées, sans doute à dessein, par quelques-uns, et aussitôt les prix grimpent sans aucun contrôle et les amateurs se sentent à juste titre lésés. Depuis quelques années les prix démocratiques rencontrés à la bourse de Tisnov n’existent plus, les pièces un tant soit peu intéressantes portent un prix en euros et se révèlent aussi chères, si pas plus, qu’en Belgique ou en France. A quoi sert donc encore de faire plus de 2000 kilomètres pour avoir les mêmes prix et les mêmes fossiles marocains ou minéraux brésiliens que chez nous ??? Une « bourse » à oublier très vite !
  • Standardisation de l’offre et restriction à quelques pièces « standard », les systématiciens se sentent de plus en plus exclus. Pourquoi certains fossiles sont quasiment systématiquement « boudés » par les exposants, par exemple les coraux, éponges, brachiopodes qui font le bonheur de certains collectionneurs. Pourquoi les amateurs locaux vendant des fossiles ou des minéraux de qualité se font de plus en plus rares, et ce même dans de plus petites bourses locales ? L’augmentation du prix des tables, et le désintérêt de la foule pour les pièces vraiment intéressantes au détriment du « tape à l’œil », peuvent expliquer pas mal de choses…
  • Disparition progressive, sans doute due au vieillissement, parmi le public des bourses des vrais collectionneurs, de plus en plus remplacés par des chalands qui cherchent la petite pièce de mauvaise qualité mais « tape à l’œil » et pas chère pour servir de décoration, de presse-papier, de bibelot en fait, où bien à offrir à des amis qui de toute manière sont généralement ignorants en géologie. Il en résulte que pour tenir le coup un amateur qui au départ ne vendait que des pièces de qualité (que ce soient des minéraux ou des fossiles) se voit pour arriver à payer sa table obligé d’ajouter sur son stand du schmück innommable ! Qui progressivement, année après année, prend de plus en plus d’importance et finit par occuper tout son stand !

Ayant visité des bourses « d’échanges », j’ai pu constater qu’elles sont généralement moins touchées par ces phénomènes regrettables, étant plus des rassemblements d’amateurs passionnés ou de minéraux, ou de fossiles. Les bijoux sont généralement proscrits, ainsi que les minéraux artificiels, et les négociants y sont généralement absents. Seuls les vrais passionnés s’y rencontrent, c’est déjà une bonne chose.

Néanmoins certaines pratiques pour le moins douteuses des organisateurs sont parfois à déplorer. En effet dans l’une d’entre elles, se déroulant dans l’Est de la France, l’organisateur principal se sent investi du privilège de rafler les bonnes pièces avant tous les autres participants, et en ne proposant pas à l’échange ses meilleures pièces. Si l’on veut participer aux prochaines bourses on est prié d’accepter ce qu’il propose et ne pas faire trop de vagues… Quand on se sent à juste titre « roulé », et que l’on ose le dire, comme par miracle il signale que des pièces plus intéressantes se trouvent dans le coffre de sa voiture…

Dans d’autres bourses d’échanges, principalement au Nord de la Belgique, il faut faire très attention, surtout quand on est relativement débutant et que l’on dispose de pièces intéressantes, de ne pas se faire rouler ! En effet certains « échangistes » ne se gênent pas pour essayer d’obtenir des pièces rares ou chères contre une petite pièce sans valeur, qu’ils n’ont même pas pris la peine de nettoyer correctement…

En général les petites bourses locales contiennent plus d'exposants amateurs, mais malheureusement elles aussi sont de plus en plus envahies par des négociants pour la majorité desquels seul l'aspect commercial entre en ligne de compte.                                                                                                                  

Avec comme corollaire de plus en plus de pierres taillées, sculptées, bombardées, colorées, polies, falsifiées et autres "schmück" qui n'ont plus grand chose de naturel !

Quelques exemples de falsifications ou bricolages constatés :

  • Fluorines chinoises passées au pétrole
  • Calcites belges passées à l'huile de lin pour atténuer les cassures et les griffures.
  • Quartz noirs "bombardés" de l'Arkansas pour transformer un quartz hyalin en morion
  • Topazes bleues "chauffées" pour amplifier la couleur
  • Assemblages de minéraux d’origine différente
  • Cristaux artificiels, ce qui n’est pas toujours spécifié (Sulfate de cuivre, Alun, Bismuth…)
  • Agates teintées de couleurs "fluo" d'un kitch à s'en rendre malade
  • Ammonites « disquées » du Maroc
  • Trilobites marocains "moulés" ou réassemblés sur une plaque, quand ce n'est pas sur un "plateau" ou une "assiette" ! (Sont-ils morts en famille dans un accident d'autocar ?)
  • Dents de requins marocaines reconstituées de morceaux disparates cimentés par une mixture infâme qui n'a ni la couleur, ni la texture de la dent d'origine ! Parfois les denticules latéraux n'ont même plus la même couleur que la cuspide centrale ou ne sont pas de la même espèce... On mélange allègrement des morceaux d'espèces et d'âges différents pour tenter de reconstituer un "machin" qui est tout sauf un fossile !!! Il devient pratiquement impossible d’obtenir une grande dent de requin du Maroc intacte et non trafiquée, il y a souvent plus de « ciment » que de fossile et les morceaux recollés ne proviennent généralement même plus de la même dent, étant de couleurs différentes !

Même si la situation est indubitablement grave, et que le ver est profondément introduit dans le fruit, il n'y a pas trop lieu de désespérer.

En effet, certaines bourses arrivent encore à tirer leur épingle du jeu, mais pour combien de temps ???

On peut citer les bourses de Hannut et NAMINERAL, où les exposants présentant du matériel original sont encore assez nombreux; certains offrent même des pièces locales à des prix très raisonnables.

D'autres stands montrent des pièces de prestige en minéraux et en fossiles, pas toujours abordables pour le commun des mortels, mais quel régal pour nos yeux émerveillés ou nos caméras numériques !

D'autre part il y a peu d'exposants présentant des fossiles trafiqués ou des minéraux falsifiés.

La sévérité légitime des organisateurs y est sans doute pour quelque chose. Ceux qui trompent les visiteurs une fois n'auront plus l'occasion d'y reprendre un stand les années suivantes !

Et la présence d'un stand de distribution gratuite de minéraux et de fossiles ainsi que l'organisation d'une tombola permettent aux moins nantis de pouvoir néanmoins repartir avec l'un ou l'autre petit trésor tiré de la terre ! Et indirectement de relever le niveau des exposants qui doivent bien logiquement vendre des spécimens de meilleure qualité que ce qui est distribué.

Une autre bourse qui est assez originale et devrait faire de nombreux émules pour "assainir" le milieu de la géologie amateur est indubitablement celle de Harelbeke près de Courtrai : c'est à la base une bourse d'échanges mais la vente et l'achat y sont tolérés, l'entrée et les tables sont gratuites, les minéraux artificiels ou travaillés sont interdits, ainsi que la bijouterie à base de minéraux et de fossiles. Les coquillages actuels, coraux, etc. sont acceptés, à la condition de ne représenter qu'une fraction minoritaire du stand.

Les organisateurs demandent expressément de calculer les prix au minimum pour que les spécimens y restent accessibles au plus grand nombre.

La bourse annuelle à Sainte-Marie-aux-Mines, elle aussi, peut encore tirer son épingle du jeu, c’est dû sans doute au fait de la masse de l’offre ! Mais là aussi, les stands offrant du matériel intéressant sont littéralement « noyés » au milieu de pierreries, coquillages, requins naturalisés, pierres pour lithothérapie, cristal gravé, et autres. Ce n’est que grâce à la taille gigantesque de cette bourse, qu’il est possible néanmoins de dénicher en quatre jours exténuants quelques stands intéressants.

Voilà des bourses comme on les aime, avec des exposants amateurs, des visiteurs amateurs, des vrais connaisseurs et pas seulement des négociants vendant n'importe quoi à des prix surfaits à quelques gogos contents de se faire plumer !

Heureusement qu'il nous reste encore ces quelques bourses pour rêver devant les merveilles de la nature ou acquérir l'une ou l'autre pièce pour notre collection, plutôt que d'être attristé par le manque de goût ou l'absence totale de compétences de certains vendeurs de ce qu'ils osent encore appeler eux-mêmes des minéraux ou des fossiles !


top

Les Jauniaux sur le net

 

© CMPB