CMPB
CMPB

Index plan du site


Mineralogical and Geological Curiosities of the Alpes de Haute Provence.
->votreavis.php Site Map

Marc JAUNIAUX

La réserve géologique de Haute-Provence, centrée sur Digne, couvre la moitié du département 04 des Alpes de Haute Provence et une partie du Var. C'est là que se trouve les plus belles ammonites du Crétacé.
Très controversée, elle ne cesse pourtant de s'étendre puisqu'en 84, date de sa création, elle s'étendait sur 75.000 ha et qu'il y a peu, elle vient d'englober toute la commune de Vergons, soit en tout 149.000 ha.
Au départ, elle était censée protéger le patrimoine géologique de la région des pillards, des ignares et des marchands.
L’extraction de fossiles par des moyens mécaniques ( marteaux, burins,...) y est interdite. Le ramassage est toléré. Certains sites sont strictement protégés.
Ils couvrent les 4 ères géologiques, comme le site à empreintes de végétaux du carbonifère de Barles, la dalle à ammonites des Isnards près de Digne, les pistes de pas d'oiseaux du Miocène du Péroué, l’ichtyosaure du col du jas,...
Dans la réserve, dont les limites sont très souvent mal indiquées, sachez que la délation est courante, que les coups de  marteau dans la montagne s’entendent très loin  et que les amendes sont très sévères : jusqu’à 50.000 francs FRANCAIS, la confiscation des outils, du véhicules, quelques heures au poste, et le plus terrible, confiscation du matériel prélevé, les précieux fossiles.
Je tiens quand même à signaler que, parmi la dizaine de réserves géologiques de France, la réserve de Haute Provence est une des seules à donner, avec une extrême parcimonie, des autorisations de prospection. Mais sachez aussi que les quelques privilégiés qui ont reçu la dérogation ne peuvent être accompagnés par des mécréants. Et que pour être privilégiés, il vaut mieux avoir son diplôme de géologue, habité dans le coin, prévenir de chaque sortie sur le terrain, présenter les trouvailles à la réserve, et surtout ne jamais faire le commerce de fossiles. En fait les fossiles ne peuvent pas sortir du département !
L’idée de départ est bonne. Mais les résultats sont, à mon sens, nuls ou désastreux.
D'abord, les couches géologiques censées être protégées, c'est-à-dire essentiellement le Crétacé fossilifère, s'étendent en fait de Nice à Grenoble. Cela représente des centaines de km2 de surface, ce qui est infiniment plus étendu que la réserve.
Ces couches ont été sans cesse excavées, rabotées, recouvertes pour faire des routes, des villes,...C'est le propre de l'homme de modifier son environnement !! Cela représente des millions de tonnes de roches à comparer aux quelques dizaines de kilos de cailloux cassés à coups de marteau de géologue.
Les habitants de ces régions ont toujours ramassés ce qu'ils appelaient "avè l'assent" des limaçons. C'est grâce à eux que la paléontologie de la région a progressé et certainement pas grâce à la réserve. Je pense à Melchior Yvan, médecin de Digne qui a donné son nom au Macroscaphites yvani , à Joseph Emeric, curé de Castellane, qui a donné son nom aux Emericiceras, à Joseph Duval, enseignant à Castellane, qui a donné son nom à toute une série de fossiles ( duvalia et duvali ), aux Guérins, artisans de Castellane, qui ont donné leur nom aux variétés (guerini) etc...
Vers 1800, ces naturalistes curieux ont parcouru la Provence à pied. Et pourtant, ils réussirent à constituer des collections impressionnantes de fossiles et leurs multiples découvertes ont contribué à donner dans le monde entier une autre image de la Provence, celle de paradis géologique.
Quelques localités de la région ont d’ailleurs donné leur nom à des étages géologiques de référence universelle : Orgon, l’Urgonien , Apt, l’Aptien et Barrème pour le Barrémien.
Ensuite, les sites fossilifères ne sont pas protégés du tout. Beaucoup de carrières ont été comblées avec des ordures, des sites remarquables ont été recouverts, boisés, cultivés ou construits. Beaucoup de sites sont en propriétés privées, à la merci des propriétaires, quoi que disent les règlements de la réserve.
Enfin, si un fossile découvert n’est pas prélevé, l’érosion naturelle le détruit et le fait disparaître à tout jamais. Il n’est ni pour vous, ni pour moi, ni pour personne.
Il est cependant vrai, que l’extraction complète et correcte d’un fossile n’est pas du tout simple dans le type de roche de la région.
Mais au fait, rien ne vous empêche de ramasser des cailloux pour votre jardin japonais ou pour construire une fontaine.
Le fait de tout garder pour une cause absurde, de vivre en autarcie vous isole complètement des réalités du monde si bien que les gens intéressés finissent par ignorer les richesses de la région et préfèrent aller dans des endroits plus accueillants.
L’ammonitologue Gérard Thomel, n’a-t-il pas écrit « de tous temps, quelques mordus ont ramassé. Ainsi les fossiles ont échappé à l’érosion, aux pieds des chèvres, à la fantaisie destructrice des gamins. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Somme toute, un bien je crois. Ce qui est dangereux, c’est le vendeur. Dès que le profit s’en mêle, la part de la science est réduite à très peu de chose. »
Bref, pour ne plus revenir sur le sujet, ce qu’on peut dire , c’est que cette réserve ne laisse personne indifférent.


top

jauniaux

© CMPB