CMPB
CMPB

Index plan du site


Pyrite
->lithorama.php Site Map

La pyrite est un minéral très répandu dans les roches du monde entier et il est également présent dans toutes nos collections.
De dureté 6 à 6,5 et de densité 4,9 à 5,2, la pyrite cristallise dans le système cubique. Elle est opaque, de couleur jaune laiton, à éclat métallique, le clivage est imparfait et la cassure conchoïdale.
La pyrite est un sulfure de fer (Fe S2) dont on connaît plus de soixante formes différentes de cristaux. Les plus courants sont cependant le cube, l’octaèdre et de dodécaèdre pentagonal (12 faces ayant chacune 5 côtés) aussi appelé pyritoèdre. Souvent les faces des cristaux sont striées. Mais elle peut également se présenter en encroûtements sur d’autres minéraux, en agrégats sphériques, en concrétions, en masses filonnaires ou en pseudomorphoses de fossiles (par exemple, les ammonites pyritisées).
Ce minéral est souvent un constituant banal de bien des types de roches: les roches sédimentaires, les gîtes hydrothermaux de toutes températures, dans les pegmatites, dans les roches volcaniques, dans les schistes ou les formations houillères (charbon).
La pyrite s’associe avec de nombreux autres minéraux tels la galène, la sphalérite (blende), l’hématite, le cobalt et l’argent. Elle a souvent été confondue avec l’or d’où sont appellation «l’or des fous» dans le langage populaire. Cependant, la différence de densité, la cassure conchoïdale ainsi que la trace noire laissée par la pyrite sur une plaque de porcelaine permet de les différencier facilement. Toutefois, la pyrite peut contenir un pourcentage significatif d’or (pyrite aurifère) qui peut être extrait par traitement métallurgique. Elle est alors réduite en poudre (pelletisation). Elle peut aussi être confondue avec la chalcopyrite mais ici ce sera la différence de dureté qui permettra l’identification. Elle est riche en cobalt à Falun en Suède.
Nos ancêtres éloignés avaient déjà constaté que lorsqu’on fait subir un choc à la pyrite (par exemple avec un silex), elle produit des étincelles ce qui est bien pratique pour enflammer de l’étoupe ou des herbes sèches et faire du feu … alors que les allumettes n’existaient pas encore! C’est cette propriété qui a donné son nom à la pyrite: du grec PYROS signifiant feu.. Ce minéral est aujourd’hui employé dans l’industrie chimique pour produire de l’acide sulfurique, du soufre et du sulfate de fer.
Les gisements sont nombreux: les mines de plomb-zinc de Cassandra en Grèce ont produit des cristaux cubiques de 60 cm d’arête. Néanmoins, les cubes de Logrono et Navajun en Espagne sont ceux qui sont les plus présents dans les bourses ainsi que les agrégats de cristaux dodécaédriques, pentagonaux et octaédriques de Quiruvilca et Huanzala au Pérou. De magnifiques cristaux proviennent aussi des anciennes mines de Brosso et Traversella en Italie. L’association de cristaux dodécaédriques avec hématite de Rio Marina (Ile d’Elbe, Italie) est célèbre dans le monde entier et, bien que quelques exemplaires faisaient partie de notre tombola de décembre, ces pièces se font plus rares sur le marché. Citons encore de beaux cubes associés avec quartz rose et cubes de galène de Cavnic en Roumanie, les assemblages d’octaèdres avec sidérite dans les mines d’argent qui entourent Potosi en Bolivie. Les mines de Witwatersrand dans le Transvaal sont connues pour la pyrite exploitée comme minerai d’or. On connaît également les concrétions sphériques plates dans des schistes du Colorado (USA) appelées aussi «gold dollar» et les galettes de cristaux de Liujiang, province de Guangxi en Chine (où elle est aussi présente à Daye, Hubei; Tongbei, Fujian; Yulin, Guangxi; Yaogangxian, Hunanet Shangbao, Hunan) ou encore en Belgique, comme les plaquages de plusieurs dizaines de centimètres de cristaux millimétriques trouvés lors de notre dernière sortie à Vaulx. A noter aussi les cristaux dans le porphyre à Quenast et dans les schistes du houiller. Sans oublier qu'elle a été activement exploitée à Vedrin.
Dernière remarque ! La pyrite est un minéral très difficile à photographier. En effet, elle reflète le plus souvent la couleur du support sur lequel elle est posée. Cela ne se constate malheureusement qu’après le développement et les photos montrent de magnifiques pyrites teintées de rouge, vert ou bleu. Si on la place sur un support noir, la photo sera terne et sur un support blanc la pyrite sera grisâtre. L’emploi du flash donnera de splendides éclairs se reflétant sur les faces des cristaux qui donneront des taches bien blanches sur la photo. Il existe des solutions mais … Top Secret (voir plus loin...).

Robert Desruelles

cliquez sur les photos pour les agrandir.
© Photos : MJX, sauf indication contraire.


Base de données : pyrite
top

Les minéraux suivants ont été collectés par nos membres lors de sorties du CMPB.
Si vous possédez de belles photos personnelles de minéraux belges, pourquoi ne pas nous les prêter pour publication ? Ecrivez-nous!



Warning: mysql_num_rows() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/jauniaux/marc/cmpb.net/en/minerauxnom.php on line 16

Solutions pour photographier correctement la pyrite...

Le problème vient de son éclat métallique et de ses faces relativement planes. Ces dernières reflètent donc tous les objets environnants, votre appareil photo, le coup de flash, le papier coloré sur lequel vous avez placé la pyrite,...

Une solution consiste à la photographier en noir et blanc !!

Hélas, plus de couleur, et encore quelques reflets...

Plus sérieusement,
- placer la pyrite dans l'environnement le plus "neutre possible" (pas de lumière vive ou directe, de la lumière la plus diffuse possible; la lumière du jour par temps uniformémént nuageux convient très bien).
- orienter la pyrite de façon à éliminer un maximum de reflet direct vers votre appareil photo.
- éloigner tous les objets colorés (y compris le support !!), ou entourer l'espace photographié avec un écran blanc mat, (à la limite photographier la pyrite en la suspendant ou en la lançant en l'air ou photographier la pyrite de façon qu'elle occupe tout votre espace photographique)
- pas de flash, mais une longue pose si nécessaire.

Et puis les techniques informatiques modernes permettent de corriger les défauts résiduels.

MJX


top

jauniaux

© CMPB